Rechercher sur le site

Remi Fraisse n’aurait pas voulu ça

Communiqué de Presse
le 30/10/14

Nicolas BONNET-OULALDJ
Président du groupe des élu-e-s
Communiste - Front de Gauche
du Conseil de Paris

Hier, des heurts violents ont eu lieu, suite au rassemblement pacifique organisé place de l’hôtel de Ville en mémoire de Rémi Fraisse tué par une grenade tirée par un gendarme le week-end dernier au cours d’une manifestation contre le barrage de Sivens dans le Tarn.

Je désapprouve fortement ces débordements qui ternissent l’engagement de dizaines de milliers de personnes qui ont voulu marquer leur solidarité avec la famille de Rémi et plus largement pour son combat.

Toute sa courte vie, Rémi l’a consacré au combat écologiste, il avait fait le choix de militer dans une organisation sérieuse et éminemment pacifique, France Nature Environnement, celles et ceux qui veulent garder sa mémoire le savent. Ils n’ont rien à voir avec ceux qui prétendant le représenter ont fait le choix de la violence.

C’est la solidarité, le soutien à son combat qui doivent nous guider. Et surtout exiger que toute la vérité soit faite sur ce drame et que la chaîne de responsabilités soit connue. Justice doit passer fusse t’elle pour la Gendarmerie qui a pour mission de protéger les citoyens et non de mettre en danger la vie d’autrui. Dans un état de droit, la violence d’état n’a pas sa place, et la meilleure réponse est le calme, la dignité en mémoire de Rémi, qui nous pouvons en être certains n’aurait pas voulu ça.

Nicolas BONNET-OULALDJ
Président du groupe des élu-e-s
Communiste - Front de Gauche
du Conseil de Paris

Publié le

31 octobre 2014

Auteur-e-s