Rechercher sur le site

Sexisme, violences : levons l’omerta

Ce 25 novembre, journée internationale contre les violences faites aux femmes, est cette année ancrée dans un contexte politique particulier. L’histoire de Jacqueline Sauvage a en effet marqué notre pays. Après avoir subi des violences conjugales pendant 40 ans, elle finit par tuer son mari et se retrouve « accusée » sans pourtant jamais avoir été considérée auparavant comme une victime. Le symbole est fort. Une femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son compagnon. La violence conjugale est la première cause de mortalité des femmes en Europe de 19 à 44 ans. L’histoire de Jacqueline Sauvage n’est pas un fait divers, c’est une épée de Damoclès au-dessus de la vie de chaque femme. Le Parti Communiste Français a toujours été engagée en faveur des droits des femmes.

Défendre leur participation à la vie démocratique par leur éligibilité et le droit de vote a été une première pierre à l’édifice de l’égalité au début du XXème. Les femmes sont des citoyennes à part entière qui doivent être défendues dans leurs droits. Comme l’écrivait Aragon "Je suis l’ennemi de ce règne de l’homme qui n’est pas encore terminé. Pour moi, la femme est l’avenir de l’homme », chaque élu-e communiste fait du combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes une lutte fondamentale, au cœur de son projet de société. Les chiffres qui illustrent la situation des femmes sont effrayants : viol, harcèlement psychologique, sexuel et sexiste, agression physique, inégalités salariales… les raisons de s’indigner sont nombreuses, elles sautent aux yeux tout en prenant à la gorge. Mais ce n’est pas seulement le 25 novembre qu’il faut s’indigner, c’est pourquoi nous demandons que l’État se dote d’un Ministère dédié entièrement aux droits des femmes afin de construire des outils efficaces en concertation avec les associations et structures de terrain et nous demandons également que la lutte contre les violences faites aux femmes devienne grande cause nationale.

L’ensemble du groupe des élu-e-s communistes tient à féliciter l’action d’Hélène Bidard, adjointe à la Maire de Paris en charge de l’égalité femmes-hommes. Après avoir mené plusieurs réunions publiques dans le cadre de son plan d’action parisien pour l’égalité femmes-hommes, l’ensemble des initiatives prévues à Paris à l’occasion de ce 25 novembre témoigne d’un engagement sans relâche. La création de l’Observatoire des violences faites aux femmes à Paris était une exigence de notre part pour le programme municipal. Il existe, se développe et va pouvoir être un appui considérable dans la lutte contre les violences. Hier avait lieu « La Nuit des Relais », une course de relais solidaire pour l’égalité au Stade Ladoumègue. Cette première course, organisée par la Fondation des Femmes avec le soutien de la Ville de Paris, a permis de récolter des fonds pour soutenir les victimes, mais également pour sensibiliser la société sur ces questions. Demain, une grande campagne « Harcèlement, stop ! Ensemble réagissons », sera présentée afin de faire de l’espace public un lieu qui ne soit plus dominé par les hommes et la peur des femmes. Nous tenons enfin à souligner les batailles menées par nos conseiller-e-s d’arrondissement auprès des pouvoirs publics, professionnels et associatifs afin d’aider les femmes et les enfants en difficulté suite à des violences domestiques mais aussi leur participation active aux maraudes et marches exploratoires qui contribuent à faire de Paris la Capitale de toutes et tous.

Les élu-e-s communistes de Paris appellent ainsi à participer massivement à la manifestation de ce soir, à 18h30, Place de Bastille, contre les violences faites aux femmes, pour l’égalité et avant cela à 18h à l’illumination de la façade de l’Hôtel de Ville sur le Parvis à l’occasion de l’Orange Day.

Nicolas Bonnet-Oulaldj, Président du groupe communiste-front de gauche au Conseil de Paris

Publié le

25 novembre 2016

Auteur-e-s