Rechercher sur le site

Statut de Paris : cela doit aller vers une égalité de traitement, un mieux pour les habitants.

Sergio Tinti a tenu à rappeler l’engagement de maintenir, y compris dans les arrondissements regroupés, la même offre de service public que dans des arrondissements plus peuplés. La réforme doit aller vers un mieux pour les habitants, vers une égalité de traitement et pas pour répartir la pénurie, comme le souhaiterait l’État. Si des politiques sont décentralisées elles ne doivent pas être dénaturées par les arrondissements où l’opposition est majoritaire.

Retrouvez son intervention

Madame la maire,
Mes chers collègues,

J’interviendrai plus particulièrement sur le nécessaire renforcement des pouvoirs des arrondissements, sur un certain nombre de sujets, comme décrits dans votre vœu.
Le mot qui me paraît essentiel est le mot coproduction des politiques municipales.
Si depuis 2001 et encore plus depuis 2009, les arrondissements ont eu des pouvoirs et des moyens accrus, il reste que des améliorations peuvent être apportées, pour faire que les arrondissements qui proposent et innovent puissent mettre ceci au pot commun de la gestion communale.

C’est une chose qu’il nous faut encore plus faire et peut être généraliser la mutualisation des bonnes pratiques et des expériences en arrondissements.
Si cette réforme que vous proposez voit le jour et si elle n’est pas dénaturée, les arrondissements en sortiront renforcés.

Encore faut-il que les moyens suivent et que nous les donnions aux Mairies d’arrondissement afin d’absorber ces nouvelles compétences, en particulier en matière d’état civil.

Car l’inégalité des parisiens devant certains services publics est démontrée par les documents qui nous ont été donnés. Un agent d’état civil pour 1700 habitants dans le 1er un pour 13 000 dans le 20ème, voilà la réalité.

Mon ami Didier le Reste vous a rappelé que pour ce qui est des compétences de l’État transférées nous devons être vigilants sur les personnels.

La réforme que vous proposez doit aller vers un mieux pour les habitants, vers une égalité de traitement et pas pour répartir la pénurie, comme le souhaiterait l’État.
Nous souhaitons aussi comme cela est rappelé dans le vœu que si des politiques sont décentralisées au niveau de l’arrondissement, elles ne soient pas dénaturées par les arrondissements où l’opposition est majoritaire.

La politique du logement est parisienne n’en déplaise à Messieurs Goujon et Goasguen….

Il en est de même pour les politiques sociales et celles de la ville. Il est nécessaire que ce soit dans un échange entre les arrondissements et la Mairie centrale que se définissent les politiques mais une fois décidées elles doivent s’appliquer à l’ensemble des arrondissements.

Je prends l’exemple des CICA instrument de concertation lourd et inefficace, sa suppression ne doit pas amener à ce que nous ne réfléchissions pas à une autre instance, plus souple, de concertation avec les associations au niveau de l’arrondissement.

Votre volonté de plus et mieux implanter des services publics par le biais de bus itinérants dans les arrondissements, encore en déficit en services publics de proximité, est une bonne chose.

Nous le savons en particulier en matière sociale, dans certains de nos quartiers des personnes renoncent à leur droit du fait de la complexité des dispositifs, de leur rigidité ou de la méconnaissance de la « bonne porte ».
Donner à chaque parisienne et parisien la possibilité d’accéder au droit commun doit être notre objectif premier.

Nous pensons que c’est une bonne nouvelle de nous engager à maintenir, y compris dans les arrondissements regroupés, la même offre de service public que dans des arrondissements plus peuplés. Il en est de même de votre engagement de maintenir dans les mairies d’arrondissement regroupés des services publics pour la population.
Nous vous accompagnerons dans cette réforme, en ayant comme unique boussole, l’intérêt des parisiens, leur égalité d’accès au service public, à l’unicité des orientations politiques communales, sur les sujets structurants comme les transports, le logement, le commerce etc…

Notre travail ne fait que commencer. Nous devons expliquer cette réforme, en débattre avec les agents et la population. Ainsi, nous pourrons aller vers une administration parisienne encore plus efficace, transparente et éminemment démocratique.

Il ne tient qu’à nous tous .

Je vous remercie.

Publié le

19 février 2016

Auteur-e-s