Rechercher sur le site

Statut de Paris : un projet équilibré qui ne doit pas être dénaturé

Nous avons approuvé les trois vœux concernant la réforme du statut de Paris, parce qu’ils tiennent compte des remarques que nous avons faites en septembre au Conseil de Paris et dans les groupes de travail.

La ville doit désormais être une collectivité à part entière, affranchie de la tutelle du Préfet. En revanche, nous restons opposés à la création d’une police municipale.

Avec ce projet, il s’agit d’offrir plus de démocratie, proximité et de lisibilité des politiques publiques pour les parisiennes et les parisiens.

Nous nous félicitons que ces vœux réaffirment que le statut de Paris aura comme base juridique la commune et qu’il sacralise les compétences départementales.

Ces changements visent le développement des services publics de proximité et de ce fait, l’État doit nous donner les moyens d’y parvenir. Nous devons maintenir notre pression à son égard quant au 2 milliards d’euros qu’il nous doit au titre des transferts de compétences (RSA-APA-PCH).

L’une des batailles principales que nous devons donc mener, reste celle des moyens accordés aux collectivités locales pour développer le service public.
Enfin, nous réaffirmons notre souhait qu’il y ait un vrai débat démocratique et qu’à son issue les parisiens puissent s’exprimer par une consultation locale.
Ce projet ne doit en aucun cas être dénaturé ou servir de cheval de Troie pour ceux qui souhaiteraient voir disparaître définitivement les communes et les départements.

Nicolas Bonnet Oulaldj
Président du groupe PCF/FDG
Conseil de Paris

Publié le

15 février 2016

Auteur-e-s