Rechercher sur le site

Travail du dimanche : nouveau coup d’état à Paris

Communiqué de presse du mardi 18 août 2015

Les élu-es communistes-Front de Gauche du Conseil de Paris viennent de prendre connaissance des projets de décrets délimitant les futures zones touristiques internationales (ZTI) et les gares dans lesquelles les commerces seront autorisés à employer des salariés le dimanche.

Ces décrets vont bien au-delà des intentions initialement affichées par le gouvernement. A moins que les centres commerciaux Italie 2 ou Bercy 2, pour ne citer qu’eux, aient acquis une récente renommée internationale, ce décret s’appliquera bien au-delà de zones que nous pouvons véritablement qualifier de touristiques.

Nous dénonçons ensuite le déni de démocratie auquel se livre une nouvelle fois le gouvernement après l’utilisation du 49-3 utilisé pour faire passer en force la loi Macron. Le rapport de la Mission d’Information et d’Evaluation (MIE) du Conseil de Paris sur le travail du dimanche et de nuit, rendu public en décembre 2014, avait pourtant permis de définir les contours d’une politique intelligente en démontrant notamment qu’aucun élément objectif ne prouve que cette mesure peut entrainer les créations d’emplois annoncées par la droite et le MEDEF, de même qu’elle n’augmenterai pas « le pouvoir d’achat, et donc le chiffre d’affaires des magasins ». Malheureusement, le gouvernement s’entête dans une vision dogmatique qui va à l’encontre des positions de la majorité de gauche parisienne.

Cette décision est également prise à l’encontre des intérêts des petits commerces indépendants de proximité renforce une concurrence directe et déloyale avec les grands centres commerciaux parisiens.

Enfin, les salariés, premiers concernés par cette mesure, et notamment les femmes, majoritaires dans le secteur du commerce, verront leurs conditions de vie et de travail se dégrader. Nous ne pouvons accepter cette fuite en avant vers une plus grande dérégulation des modes de vie qui fragilise la société dans son ensemble.

Ces décrets devant être promulgués après concertation avec les acteurs concernés, les élu-es communistes-Front de Gauche de Paris comptent se saisir pleinement de ce délai pour faire valoir leur opposition, et celle de la majorité des salariés concernés, à cette mesure libérale et nous appelons Anne Hidalgo, Maire de Paris, à en faire de même. Nous nous rendons disponible, tel que nous l’avons toujours été, pour contribuer à une large mobilisation sociale contre la généralisation du travail du dimanche et de nuit et ainsi contraindre le Ministre de l’Economie à revoir sa copie.


Nicolas Bonnet-Oulaldj
Président du groupe communiste-Front de Gauche du Conseil de Paris

Didier Le Reste
Conseiller de Paris du 10e arrondissement

Publié le

18 août 2015

Auteur-e-s