Rechercher sur le site

Une ville de touristes de grandes enseignes, voilà le projet de B. Griveaux pour Paris

Une ville de touristes de grandes enseignes, voilà le projet de B. Griveaux pour Paris

En plaidant pour l’ouverture des magasins le dimanche dans l’ensemble de Paris, Benjamin Griveaux oubli les salariés, les riverains, les petits commerçants au profits des seuls touristes et des grandes enseignes.

Nous dénonçons les arguments particulièrement fallacieux brandis par les adeptes du dimanche travaillé sans restrictions : celui de la liberté et de l’égalité.
En effet, ce serait la liberté d’ouvrir ou de ne pas ouvrir et ce serait un gage d’égalité d’étendre cette dérogation à tous les commerces et à tout le périmètre parisien.
C’est refuser de voir le « risque de distorsion de concurrence » comme le met en garde la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), dans le rapport de la MIE, c’est méconnaître la réalité économique, les disparités et le rapport de force entre des acteurs qui n’ont ni les mêmes moyens, ni le même poids économique, ni la même surface financière. Des renards libres et des poules libres, cela s’appelle la loi de la jungle…ou le libéralisme. Le rôle de la loi est justement de réguler et de compenser cette inégalité.

L’avenir de notre ville n’est pas d’en faire une « zone touristique d’affluence exceptionnelle » entièrement dédiée à la consommation comme le demande l’opposition, reprenant en cela la revendication conjointe du MEDEF et de la CCI.

Publié le

6 mars 2018

Auteur-e-s