Rechercher sur le site

Victoire : notre voeu pour le retrait de la loi « travail » est adopté

Nous avons fait adopter un vœu avec les voix des écologistes et de certains socialistes, contre la loi dit travail. Nicolas Bonnet-Oulaldj a rappelé que la pétition "Loi Travail : non, merci !" a recueilli 1,27 million de signatures dont plusieurs dizaines de milliers à Paris. Et que la mobilisation pour le retrait autour du mot d’ordre "On vaut mieux que ça !" est partagée par une vingtaine d’organisations de jeunesse et par les principales organisations syndicales .

Retrouvez son intervention

Madame la Maire,
Mes cher-es collègues,

Que n’ai-je pas entendu depuis que mon groupe a déposé ce vœu en conseil d’arrondissements.

On nous a reproché de faire un vœu qui ne touche en rien les compétences de la commune.

Serait-il invraisemblable que l’on s’intéresse au droit du travail qui structure la vie de millions de parisiens parce que salariés, voire même employeurs ?

Tout ce qui concerne l’avenir des salariés nous intéresse et tout ce qui met à mal leur protection a besoin d’être contesté. C’est ainsi que nous considérons notre mandat d’élu. Il ne s’arrête pas à la seule gestion.

La pétition « Loi travail : Non merci ! » a recueilli 1,270 millions de signatures dans toute la France dont plusieurs dizaines de milliers à Paris pour demander le retrait de ce texte. Je rappelle qu’une pétition de plus de 5000 signatures sur paris.fr peut faire l’objet d’un débat au conseil de Paris ou en arrondissement.

La mobilisation pour le retrait autour du mot d’ordre « on vaut mieux que ça » est partagée par une vingtaine d’organisation de jeunesse et par les principales organisations syndicales dont la CGT/FO/SUD/FSU/UNEF.

Les effets sur les habitants de notre ville seront considérables.

L’inversion de la hiérarchie des normes, l’augmentation du temps de travail, la flexibilité débridée, la facilitation des licenciements économiques, ce n’est pas une anecdote.

Ce que profondément le peuple français ne comprend, ni n’admet, c’est qu’un gouvernement socialiste soit autant sensible aux arguments du MEDEF et soit aussi sourd aux revendications des salariés et de la jeunesse.

Ne traitons pas par le mépris ou la violence une jeunesse qui croit encore à la mobilisation et à l’engagement.

Elle est la principale victime du chômage et de la précarité, elle craint de vivre plus mal que la génération précédente.

J’ai bien écouté M.Bruno Julliard, 1er adjoint, sur beaucoup de médias dénoncer le projet de loi et rappeler à la raison son camp.

Ce vœu a d’ailleurs été adopté dans le 20ème arrondissement avec les voix de certains élus socialistes.

Alors puisque nous répétons à l’envie que Paris, sa Maire, son exécutif sont fiers de travailler avec l’ensemble des composantes de gauche et écologiste, démontrons le une nouvelle fois.

Je vous appelle à la sagesse….

Un vote de la majorité de gauche du conseil de Paris serait un signe encourageant pour toutes celles et tous ceux qui n’ont pas renoncé à changer la société et qui n’acceptent pas ce glissement de plus en plus à droite d’un gouvernement devenu sourd à ses propres électeurs y compris parisiens.

Je vous remercie

Publié le

8 avril 2016

Auteur-e-s