Rechercher sur le site

Violences physiques, violences morales : le même combat pour l’égalité

Communiqué de presse
Paris, le 25 novembre 2014

Nicolas Bonnet-Oulaldj
Président du groupe Communiste-Front de Gauche
du Conseil de Paris

Mardi 25 novembre 2014 : Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.

Cette journée reste essentielle car les inégalités perdurent au sein de notre société et concernent toutes les femmes des différentes catégories sociales.

Le groupe Communiste – Front de Gauche se félicite de l’engagement de la ville de Paris dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles ainsi que de la création par Hélène Bidard d’un observatoire parisien des violences envers les femmes. Il aura pour mission de mieux rendre visible ce phénomène, de mener des campagnes de prévention et de mettre en place des mesures opérationnelles pour protéger les victimes. Il sera un véritable point d’appui pour l’action des associations et l’ensemble des professionnel-le-s sur le territoire parisien.

Rappelons qu’à Paris, c’est 3 500 à 4 000 faits de violence de genre qui sont enregistrés chaque année par les services de Police et que seulement 8% des femmes franchissent la porte du commissariat.

C’est un combat de tous les instants comme nous avons pu le voir ces derniers mois avec la montée des actions des opposants aux droits des femmes : Journées de Retrait de l’école, Manif pour Tous, loi famille réduite, fin des ABCD de l’Égalité…

Nous nous devons de rester toujours vigilants même si certaines luttes sont gagnées, comme le droit à l’avortement, elle ne restent pas moins à défendre.

Cependant, la lutte continue au niveau national, le groupe Communiste – Front de gauche exige aux côtés des associations féministes que :
- l’application de ces lois et des mesures de protection des victimes et de pénalisation des auteurs de violences.
- L’inscription à l’ordre du jour du Sénat de la loi de « lutte contre le système prostitutionnel » qui a été adoptée à l’Assemblée nationale le 4 décembre 2013.
- l’État doit maintenir voire augmenter son engagement auprès des associations qui accueillent et accompagnent les femmes victimes de violences par l’attribution conséquente de moyens financiers et humains.

Nous réaffirmons notre engagement permanent pour l’égalité femmes/hommes. La violence contre les femmes est une violation des droits de l’homme et en 2013, ce sont 129 femmes qui sont mortes sous les coups de leurs compagnons ou ex compagnons.

Nicolas Bonnet-Oulaldj
Président du groupe Communiste-Front de Gauche
du Conseil de Paris

Publié le

25 novembre 2014

Auteur-e-s