Rechercher sur le site

Vœu Relatif à la dénomination d’une rue ou d’un équipement culturel de Paris en hommage à Gabriel García Marquez

présenté par Nicolas Bonnet Oulaldj, Emmanuelle Becker et le groupe Communiste – Front de Gauche

Né le 6 mars 1927 à Aracataca, le plus célèbre des écrivains d’Amérique latine, Gabriel Garcia Marquez est mort ce 17 avril 2014. Prix Nobel de littérature en 1982, plusieurs fois récompensé dans le monde entier pour des ouvrages comme Cent ans de Solitude (1967), Chronique d’une mort annoncée (1981), ou encore L’Amour aux temps du choléra (1994), il laisse une œuvre immense, marquée par un imaginaire épique, et une fine connaissance des réalités de l’Amérique Latine.
Sa notoriété internationale le pousse à prendre publiquement des positions politiques courageuses, notamment pour le progrès social et contre l’impérialisme. Dénoncé dans son pays pour son engagement politique, il séjourne à Paris dans les années 1950, où il rédige son roman Pas de lettre pour le Colonel, et entame la rédaction de La Mala Hora.

Considérant l’apport considérable de Gabriel García Marquez à la littérature internationale ;

Considérant le rôle positif qu’il a joué dans la politique d’ouverture des pays d’Amérique latine ;

Considérant l’attachement des Parisiennes et des Parisiens à cet auteur, comme en témoignent les nombreux messages et bouquets de fleurs déposés dès l’annonce de sa disparition, devant l’hôtel où il a séjourné, 16 rue Cujas (5ème arrondissement) ;

Sur proposition de Nicolas Bonnet Oulaldj, d’Emmanuelle Becker et du groupe Communiste - Front de Gauche, le Conseil de Paris émet le vœu qu’une rue ou un équipement culturel de Paris soit dédiée à la mémoire de Gabriel García Marquez.

Publié le

20 mai 2014

Auteur-e-s