Rechercher sur le site

Vœu pour la poursuite du rééquilibrage territorial de l’offre d’hébergement et de logement et pour une exemplarité des élu-e-s

Sur proposition de Jean-Noël Aqua, Nicolas Bonnet-Oulaldj et des élu-e-s du groupe Communiste - Front de Gauche

Considérant que la Ville de Paris a décidé de faire de la lutte contre la grande exclusion la grande cause de cette mandature et de réduire drastiquement le nombre de personnes à la rue ;

Considérant le travail conjoint et constant de la Ville et des associations, pour innover et ouvrir de nouveaux centres d’hébergement pour répondre à l’urgence sociale ;

Considérant la détermination de la Ville à équilibrer l’offre dans tous les arrondissements de Paris, dans un souci de mixité sociale ;

Considérant que 21 personnes sans-domicile-fixe à la rue sont décédées dans Paris depuis janvier ;

Considérant que cette situation ne peut être tolérée dans notre ville, capitale de la cinquième puissance économique du monde ;

Considérant qu’une centaine de personnes sans-abris vivent et dorment dans le 16e arrondissement ;

Considérant qu’il y a environ 9 700 places d’hébergement d’urgence à Paris, réparties dans plus de quatre-vingt centres ;

Considérant que le 16e arrondissement est le seul arrondissement à n’accueillir aucun centre d’hébergement d‘urgence ;

Considérant, dans ce contexte, l’urgence à créer un centre d’hébergement d’urgence dans le 16e arrondissement ;

Considérant l’emprise foncière mobilisable Allée des Fortifications, près du bois de Boulogne ;

Considérant les vives réactions de rejet de certains habitants du 16e arrondissement engendrées par l’annonce de l’ouverture d’un premier centre dans cet arrondissement ;

Considérant l’attitude excessive des habitants et des élus présents lors de la réunion publique de présentation du projet, qui s’est tenue le 14 mars dans un amphithéâtre de l’Université Dauphine ;

Considérant la violence des propos tenus par certains habitants du 16e arrondissement, mêlant insultes et menaces envers des représentants de l’Etat, de la Ville, et des personnes qui seront accueillies dans ce centre, sous les regards d’étudiants de l’Université Dauphine ;

Considérant que ces vives réactions ont empêché toute forme de discussion ;

Considérant que, pour des raisons de sécurité et de troubles de l’ordre public, le Président de l’Université a même dû interrompre cette réunion (insultes, menaces, envahissement de l’amphithéâtre) ;

Considérant l’importance particulière que le parti LR accorde à la lutte contre la délinquance, et sa promotion d’une politique de « tolérance-zéro » ;

Considérant le silence approbateur du parti LR ;

Considérant la dignité à laquelle appelle la fonction d’élu de la République, et en particulier la fonction de maire d’arrondissement ;

Considérant l’importance de lutter en amont contre toute forme de délinquance, notamment par l’éducation et l’exemplarité des adultes et des élus de la République ;

Considérant que le devoir d’exemplarité des élus est significatif pour la population en général et pour les plus jeunes en particulier ;

Considérant l’importance de cette exemplarité pour favoriser l’accueil des personnes hébergées, faciliter le développement de liens sociaux avec les habitants et l’intégration du centre dans le quartier ;

Sur proposition de Jean-Noël Aqua, Nicolas Bonnet Oulaldj et des élu-e-s du groupe Communiste - Front de gauche, le Conseil de Paris émet le vœu :

  • que les élus se montrent à la hauteur des obligations d’exemplarité liées à leur mandat ;
  • que l’Etat et la Ville réaffirment leur détermination à faire de la lutte contre l’exclusion une grande cause ;
  • que la Ville poursuive et amplifie les efforts engagés pour rééquilibrer entre les territoires l’offre de logement sociaux et de places d’hébergement.

Publié le

23 mars 2016

Auteur-e-s