Rechercher sur le site

Vœu pour que Marwan Barghouthi soit fait citoyen d’honneur de la ville de Paris

Conseil de Paris
Séance des 26, 27 et 28 mai 2015

Présenté par Raphaelle Primet, Nicolas Bonnet-Oulaldj et les élu-es du groupe communiste-Front de Gauche

Considérant Marwan Barghouthi, député au Conseil Palestinien, enlevé à Ramallah en 2002 et incarcéré dans une prison près de Tel-Aviv .Il symbolise la Palestine et la cause palestinienne. Il œuvre depuis sa cellule, en lien avec l’autorité palestinienne, à la résolution politique et pacifique du conflit israélo-palestinien en se fondant sur les résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU pour qu’enfin, soient instaurés deux États libres et indépendants, vivant en paix côte à côte.

Considérant que Marwan Barghouthi est surnommé le « Mandela palestinien », en raison de la similarité de leurs parcours. Tous deux ont formé le mouvement de la jeunesse au sein de leur faction politique, tous deux ont défendu le droit de résister, même par les armes (Mandela a dirigé l’aile armée de l’ANC lors de son arrestation et Barghouthi est considéré comme l’un des principaux dirigeants des deux Intifada), tous deux ont refusé de reconnaître la légitimé des tribunaux devant lesquels ils étaient jugés, et tous deux sont devenus des symboles de la lutte de leur peuple. Depuis sa cellule, à l’annonce de la mort du leader sud-africain, Barghouthi lui a d’ailleurs écrit une lettre : « Vous disiez : "Nous savons trop bien que notre liberté n’est pas complète car il lui manque la liberté des Palestiniens." Et depuis l’intérieur de ma cellule, je vous dis que notre liberté semble possible parce que vous avez atteint la vôtre. L’apartheid n’a pas survécu en Afrique du sud et l’apartheid ne survivra pas en Palestine ».

Considérant qu’actuellement, plus de 6 500 Palestiniens dont plusieurs enfants, résistants ou simples civils, sont retenus dans les prisons israéliennes, en détention administrative c’est-à-dire sans inculpation ni procès, détention s’accompagnant souvent de mauvais traitements voire de tortures et cela en toute illégalité au regard du droit international. Depuis 1967, il est estimé que 700 000 palestiniens ont connu le même sort.

Considérant la récente arrestation le 2 avril 2015 de la députée palestinienne élue Khalida Jarrar, qui a été envoyée en prison pour six mois sans avoir été jugée.
Considérant l’appel de Robben Island destiné à lancer la Campagne pour libérer MARWAN BARGHOUTHI et tous les prisonniers palestiniens en octobre 2013 par Ahmed Kathradra, compagnon de détention de Nelson Mandela, et parrainé par un Haut Comité comprenant des Prix Nobel (Jimmy Carter, Adolfo Perez Esquivel, José Jamos Horta, Mairead Mac Guire, Rigoberta Menchu, Desmond Tutu, Jody Williams) ainsi que le regretté Stéphane Hessel.

Considérant la pétition nationale de la campagne française signée par de prestigieuses personnalités parmi lesquelles Michel Rocard, ancien Premier ministre, Hervé de Charrette, ancien ministre, Jack Ralite, ancien ministre, Christian Sautter, ancien ministre, Christiane –et Stéphane Hessel, Guy Bedos, artiste, Rony Brauman, fondateur de Médecins sans Frontières, Gisèle Halimi, avocate, Eva Joly, député européen ou encore Pierre Tartakowski, président de la Ligue des droits de l’Homme et Jean Ziegler, vice-président du Comité consultatif des droits de l’Homme des Nations unies.

Considérant que plus d’une dizaine de villes de France comme Aubervilliers ou Creil ont déjà élevé Marwan Barghouthi au rang de citoyen d’honneur de leur ville dans la volonté de contribuer à la paix et au respect du droit international.

Sur proposition de Raphaëlle Primet, Nicolas Bonnet-Oulaldj et des élus du groupe Communiste-Front de Gauche, le conseil de Paris émet le vœu que Marwan Barghouthi soit nommé citoyen d’honneur de la Ville de Paris.