Rechercher sur le site

Vœu présenté par Ian Brossat, Alain Lhostis, les élus du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche Relatif à la demande de libération de Salah Hamouri

Salah Hamouri, jeune franco palestinien de 24 ans, a été condamné en juillet dernier à 7 ans d’emprisonnement. Il en a déjà passé 4 derrière les barreaux.
Etudiant à l’université de Bethléem, Salah Hamouri a été accusé d’appartenir au FPLP (Front Populaire de Libération de la Palestine) et d’avoir projeté d’assassiner le Rabbin Ovadia Yossef, chef du parti juif ultra orthodoxe Shass. Aucune preuve n’a jamais été apportée à ces accusations portées par une juridiction totalement illégale au regard du droit international.
Pourtant, Salah Hamouri a été contraint de céder à un honteux chantage : plaider coupable et n’écoper « que » de 7 années de prison ou bien contester ces accusations et être condamné au double.
Devant une telle injustice et violation des lois internationales, notre pays ne peut rester silencieux.
Le Président Sarkozy s’était engagé, à la suite de son élection, à porter secours à tous les Français en difficulté à l’étranger. Nous ne pouvons donc que nous indigner de l’actuelle absence de réaction de Nicolas Sarkozy face à la situation dramatique de Salah Hamouri et de son refus de recevoir en personne Denise Hamouri, la mère de Salah, ainsi que les élu-e-s qui le soutiennent et luttent pour sa libération. En effet, Madame Hamouri s’est uniquement entretenue avec un conseiller de la Présidence de la République en juin dernier. Puis, Bernard Kouchner, en visite à Jérusalem a refusé de rencontrer Denise Hamouri.
Depuis quatre ans, Salah est emprisonné pour « délit d’intention » dans un silence inquiétant des autorités et de la plupart des médias français.
Nous ne saurions accepter qu’il y ait, concernant le soutien dû par la France à ses ressortissants, deux poids deux mesures.
Pour ces motifs, sur proposition de Ian Brossat, Alain Lhostis, des élus du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, le Conseil de Paris soutient les demandes de libération déposées par ses avocats et émet le vœu que le Maire de Paris, en soutien à sa famille, reçoive Denise Hamouri à l’Hôtel de Ville.

Publié le

10 février 2010