Rechercher sur le site

Voeu relatif à l’association "les compagnons du voyage"

Voeu présenté par Ian Brossat et le Groupe PCF-PG

Considérant que l’association « Les Compagnons du Voyage » a été créée en 1993 par la SNCF et la RATP, qu’elle propose un accompagnement dans les réseaux de transport aux enfants, personnes âgées et en situation de handicap ;

Considérant que cette association est reconnue d’utilité publique et a reçu l’agrément qualité, qu’elle est reconnue comme étant à but lucratif et de gestion intéressée ;

Considérant que les salariés des « Compagnons du Voyage » connaissent parfaitement les réseaux SNCF et RATP, qu’ils sont formés au métier d’accompagnateur, aux premiers secours, à la bientraitance, sensibilisés aux différents handicaps telles la langue des signes ou les techniques de guide des personnes à déficience visuelle et connaissent les principaux effets de la maladie d’Alzheimer ;

Considérant que cette association connaît de grandes difficultés financières qu’elle explique notamment par la perte d’appels d’offres avec les Départements de Paris et des Yvelines ;

Considérant la décision de cette association de mettre en place une réorganisation de l’activité consistant à placer nombre de ses salariés en temps partiels subis ;

Considérant que cette mesure induirait la division de 50% des salaires de ces employés qui devront néanmoins travailler tous les jours de la semaine et un samedi ou dimanche sur deux ;

Considérant que les salariés de l’association demandent l’arrêt de ce projet de réorganisation ;

Considérant que ces mêmes salariés demandent à être rattachés directement à la RATP ou à la SNCF comme agents de ces entreprises publiques ;

Considérant que l’annonce des modifications de contrat pour ces salariés est soumise à une nécessité de réponse avant le 23 juin 2012, sous la menace de licenciement économique ;

Sur proposition de Ian Brossat, du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, le Conseil de Paris émet le vœu :

- que le Maire de Paris s’adresse à la Déléguée Générale de l’Association, afin que soient prises des mesures plus justes pour les salariés, et que ceux-ci n’aient pas à subir de perte sur leur salaire ;

- que le Maire de Paris saisisse les directions de la SNCF et de la RATP pour que cette réorganisation ne soit pas mise en place et que les salariés de l’association puissent être intégrés, en tant qu’agents, à ces entreprises.

Publié le

27 juin 2012

Auteur-e-s