Rechercher sur le site

Vœu relatif à l’attribution de la dénomination « Louis Aragon » à une rue parisienne

Vœu présenté par Catherine Vieu-Charier, les élus du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche

Lors de la séance des 1er et 2 mars 2004, Nicole Borvo, conseillère de Paris avait proposé qu’une rue de Paris porte le nom de Louis Aragon.

Elle avait rappelé que Paris a joué un rôle majeur dans l’œuvre et dans la vie d’Aragon en citant les ouvrages comme "Le paysan de Paris", "Les beaux quartiers", "Aurélien" et que c’est à Paris qu’Aragon nous a quitté en 1982. En conclusion, Nicole Borvo avait indiqué qu’il était temps pour Paris d’honorer Aragon en donnant à une rue, son nom.
Ce vœu avait été adopté. Depuis il est resté lettre morte.

Le groupe communiste a été saisi par le comité de parrainage : « Pour une rue Louis Aragon à Paris » (…)

Louis Aragon, est grand intellectuel engagé dans les deux conflits mondiaux qui ont secoué le siècle, et dans la Résistance.
On sait qu’il a organisé, animé la lutte des intellectuels anti-fascistes en participant au rassemblement des écrivains résistants par l’écriture, la diffusion, l’édition des textes sous le « manteau », en organisant la publication clandestine des « Lettres françaises » et des « Etoiles ». Comment en effet oublier Louis Aragon, grand poète national et populaire, d’une stature exceptionnelle qui s’inscrit dans la grande lignée de la littérature classique, qui a initié le Surréalisme et qui a été partie prenante de tous les mouvements et bouillonnements littéraires du siècle. Comment oublier ce journaliste de « Ce soir », de « l’Humanité » qui a mis son talent de polémiste au service des causes auxquelles il croyait et des « Lettres françaises » qu‘il a dirigées pour défendre les arts et faire connaître les nouveaux talents littéraires et artistiques.

Comment oublier ce grand parisien, qui connaissait sa ville comme personne, qui a aimé tous ses quartiers, qui les a chantés.

Louis Aragon est, comme Victor Hugo, de ceux qui ont changé l’image que nous nous faisons de la vie et qui ont conservé, embelli, magnifié la langue française. Il est de ceux qui ont un idéal, qui le transmettent et lui restent fidèle. Pour tout ce que nous a apporté Louis Aragon, il est plus que temps de répondre à la démarche de la Société des Amis de Louis Aragon et Elsa Triolet et des intellectuels qui la soutiennent et de faire en sorte que dans les plus brefs délais une rue de Paris porte le nom de Louis Aragon.

En conséquence et sur proposition de Catherine Vieu-Charier, des élus du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, le Conseil de Paris émet le vœu que tout soit mis en œuvre pour dans des délais brefs, une rue de Paris porte le nom de Louis Aragon

Adopté.

Publié le

12 juin 2009