Rechercher sur le site

Voeu relatif à l’utilisation de la petite ceinture ferroviaire dans le but d’améliorer la qualité de l’air des parisiennes et des parisiens

Voeu présenté par Nicolas Bonnet Oulaldj, Didier le Reste et les élu-e-s du Groupe Communiste – Front de Gauche en séance des 16 et 17 juin 2014

Considérant les taux de pollution élevés dans Paris et les risques environnementaux et sanitaires importants qu’ils génèrent.

Considérant le voeu relatif à la qualité de l’air voté au conseil de paris des 19 et 20 mai 2014, prenant la pleine mesure de l’importance de l’enjeu de la lutte pour l’amélioration de la qualité de l’air dans Paris et la réduction des véhicules à motorisation diésel, et proposant notamment d’améliorer les alternatives à l’automobile et d’augmenter l’offre et la qualité des transports en commun.

Considérant la saturation des axes routiers Parisiens, intra-muros comme périphériques et le fait que le trafic routier est principal générateur de pollution dans Paris.

Considérant que le tramway T3 est déjà saturé et est l’objet de ruptures de charges.

Considérant l’impérieuse nécessité de développer la multimodalité des transports de personnes et de marchandises par voie fluviale et par rail, pour diminuer la part du trafic routier de la circulation à Paris.

Considérant le besoin de créer des pôles logistiques multimodaux nécessaires au développement de cette diversification des modes transport.

Considérant l’opportunité représentée par la petite ceinture ferroviaire, voie ferrée reliée sur encore vingt kilomètres sans discontinuer, pour développer ces pôles logistiques multimodaux.

Considérant le fait que la petite ceinture demeure connectée à 2 lignes de RER (B et C), à 9 lignes de métro sur 14 avec possibilité de connections réalisables avec le réseau RATP de surface.

Considérant que cette petite ceinture est reliée à plusieurs sites ferroviaires exploités par la SNCF que l’étude de l’IAURIF préconise de conserver.

Considérant les initiatives des arrondissements pour aménager des zones contigües ou des tronçons abandonnés de la petite ceinture, notamment par des aires végétalisées.

A la demande de Nicolas Bonnet Oulaldj, de Didier le Reste et des élu-e-s du groupe Communiste-Front de gauche, le conseil de Paris émet le voeu que :

- Toute action d’aménagement de la petite ceinture Ferroviaire soit réversible et ne remette pas en cause la possibilité d’utiliser à terme cette infrastructure à des fins de transports de voyageurs ou de marchandises.

- Que la Ville de Paris lance une étude permettant de quantifier le potentiel transportable (voyageurs et fret) que la petite ceinture pourrait prendre en charge.

- Que la Ville de Paris demande à la SNCF et RFF de présenter un projet visant à réutiliser, même de façon expérimentale, tout ou partie de la petite ceinture ferroviaire à des fins de transport.

- Que la Ville de Paris initie une grande concertation autour de la multimodalité (route, rail, voie fluviale…) permettant de limiter les émissions de gaz à effet de serre et d’améliorer la qualité de vie des parisiennes et des parisiens.

Publié le

17 juin 2014

Auteur-e-s