Rechercher sur le site

Vœu relatif à la mise à l’abri des jeunes isolés étrangers

Déposé par Fanny Gaillanne, Hervé Bégué, Nicolas Bonnet-Oulaldj et les élu-e-s du groupe Communiste - Front de Gauche, Aurélie Solans, David Belliard, Anne Souyris, Marie Atallah, Jérôme Gleizes, Fatoumata Koné et les élu-e-s du Groupe écologiste de Paris (GEP)

Considérant les vœux adoptés dans les conseils du 13e, 19e et 20e arrondissements sur proposition des écologistes ;

Considérant la réforme en cours du dispositif d’accueil et d’évaluation des mineurs isolés étrangers ;

Considérant que dans l’attente de cette réforme, et dans le respect de l’esprit de la loi, toute personne présumée mineure doit être mise à l’abri ;

Considérant la complexité et la dangerosité de la réalité du terrain relatives à l’extrême précarité que rencontrent les jeunes étrangers isolés ;

Considérant l’ouverture du gymnase Poliveau, Paris 5e, depuis le 31 décembre 2014 afin de pallier dans l’urgence au déficit d’hébergements et ainsi mettre à l’abri ces jeunes ;

Considérant que ce dispositif d’urgence nécessite un redimensionnement puisqu’il laisse encore chaque soir des jeunes à la rue ;

Considérant le vœu voté au Conseil de Paris d’octobre 2014 relatif à l’hébergement d’urgence et à la mobilisation du domaine intercalaire de la ville.

Considérant que nombre de ces jeunes sont scolarisés ;

Considérant que des jeunes scolarisés ne peuvent voir leur scolarité remise en cause pour cause d’infirmation de leur minorité par le Parquet ;

Considérant que les solutions d’hébergements d’urgence ne sont néanmoins pas adaptées à la poursuite d’une scolarité sereine.

Aussi, sur proposition d’Aurélie Solans, David Belliard, Anne Souyris, Marie Atallah, Jérôme Gleizes, Fatoumata Koné, Nicolas Bonnet-Oulaldj, Fanny Gaillanne, Hervé Bégué, les élu-e-s du Groupe écologiste de Paris (GEP) et les élu-e-s du groupe Communiste - Front de Gauche, le Conseil de Paris émet le vœu que :

- Le dispositif d’hébergement d’urgence prévu pour la mise à l’abri des jeunes étrangers isolés soit redimensionné au plus vite pour faire face aux besoins existants ;
- L’ouverture d’un bâtiment public vide du domaine intercalaire de la ville, de l’État ou de la région soit réalisée pour répondre aux besoins d’hébergement d’urgence dans l’attente d’hébergements stables et adaptés disponibles ;
- La recherche d’hébergements stables et adaptés soit une priorité de la ville et qu’elle fasse appel au soutien de l’Etat et de la région le cas échéant ;
- Les solutions d’hébergements, qu’elles soient d’urgence ou stables, offrent des conditions de vie compatibles avec la poursuite d’études pour les jeunes scolarisés ;
- La ville développe l’accompagnement socio-éducatif de ces jeunes et les informe au mieux des différents dispositifs existants afin d’éviter une sortie sèche de l’ASE et une perte totale de repères.

Publié le

3 février 2015

Auteur-e-s