Rechercher sur le site

Vœu relatif à la vente du 51 avenue Simon Bolivar

Présenté par Ian Brossat, Emmanuelle Becker, les élus du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche

Considérant que l’immeuble situé au 51 de la rue Bolivar dans le 19ème arrondissement présente toutes les caractéristiques d’une salle de spectacle vivant : 6 mètres sous plafond au rez-de-chaussée, peu de voisinage mitoyen, de nombreuses issues, donnant sur une voirie aux larges trottoirs, dans un quartier mixte en populations de différents niveaux sociaux ;

Considérant la carence de notre ville en équipements dédiés au jazz et autres musiques improvisée ;

Considérant que le MIMA, centre de Musiques Improvisées et Musiques Actuelles a exprimé sa volonté de louer à la ville ce bâtiment qui correspond en tous points à ses besoins ;

Considérant qu’une location de ce local au prix du marché sur 10 ans ferait réaliser à la Ville de Paris la même recette que sa vente ;

Considérant que le MIMA, porté par quatre associés dont le musicien de renommée internationale Keziah Jones, pourrait s’imposer comme un lieu majeur de la musique à Paris ;

Considérant que le MIMA est une structure créatrice d’emplois, développant plus de 1500 cachets de musiciens par an et une trentaine d’emplois directs à plein temps, en privilégiant les retours à l’emploi et les emplois de proximité, notamment dans le cadre de l’action culturelle ;

Considérant que le projet du MIMA compterait deux salles de concert, les collections historiques du jazz en partenariat avec la BNF, l’Orchestre National de Jazz et une pépinière d’entreprises de la musique ;

Considérant que le MIMA prévoit de financer lui-même les travaux de reconversion du site, pour 2 000 000 € au bénéfice du propriétaire ;

Sur proposition des élus du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, le Conseil de Paris demande au Maire de Paris de renoncer au projet de vente de l’immeuble sis au 51, avenue Simon Bolivar dans le 19ème arrondissement, afin de le louer au MIMA dans le but d’en faire un établissement culturel.

Publié le

31 mars 2010