Rechercher sur le site

Vœu relatif au 50ème anniversaire de la disparition de Richard Wright

Vœu sur proposition de Pierre Mansat, Ian Brossat et des élus du groupe communiste

Après une série de petits métiers, après avoir découvert la littérature dans une petite bibliothèque locale, Richard Wright s’installa à Chicago en 1927, puis à New York. C’est là qu’il combattra le racisme et la bêtise à coup d’articles et de romans – dont les plus célèbres sont Un enfant du pays (1940) et Black Boy (1945). Considéré par le FBI comme un « élément subversif » en raison de son engagement contre le racisme et de son appartenance au Parti Communiste Américain, mal à l’aise dans son propre pays, Richard Wright s’exila avec toute sa famille en 1947. Il choisit de s’installer à Paris, où il continua à écrire. C’est à Paris qu’il est mort en 1960 et qu’il a été inhumé, au Père-Lachaise. L’année dernière, en 2008, notre ville a manqué d’honorer, pour le 100e anniversaire de sa naissance, l’un de ses habitants d’adoption les plus célèbres et les plus acharnés à lutter pour des valeurs qui sont aussi celles de Paris.

C’est pourquoi, sur proposition de Pierre Mansat, Ian Brossat et des
élus du groupe communiste, le Conseil de Paris demande à Monsieur le Maire de rendre hommage à Richard Nathaniel Wright, écrivain américain à qui fut décerné le titre d’« ami de la ville de Paris », en organisant un événement à l’occasion du 50e anniversaire de sa mort en 2010, et en donnant son nom à un établissement scolaire ou culturel parisien.

Le vœu est adopté

Publié le

4 février 2009