Rechercher sur le site

Voeu relatif au centre IVG de l’hôpital Tenon

Vœu présenté par Danielle Simonnet, Aline Arrouze, le Groupe Communiste et élu-e-s du Parti de Gauche en séance du Conseil de Paris du 14 octobre 2013

Considérant que le centre IVG de Tenon, fermé en juillet 2009, a pu rouvrir grâce à deux ans d’une mobilisation sans faille, à l’initiative du collectif unitaire de défense du centre IVG, et soutenu largement par la majorité municipale,
Considérant que le centre IVG de Tenon a de nouveau locaux mais que ses moyens humains manquent, puisqu’il ne dispose depuis juillet mis à part les médecins vacataires, que d’une seule infirmière,

Considérant que cette situation n’a rencontré aucune évolution alors qu’en juillet la direction de l’hôpital Tenon avait promis une infirmière supplémentaire début octobre ainsi qu’une aide-soignante en septembre qui devait aider dans les fonctions d’accueil et de tâches administratives,

Considérant que la conseillère conjugale partie en juillet doit être remplacée,

Considérant que le centre n’a fonctionné qu’avec une seule infirmière et un seul médecin au mois d’août, sans aucun médecin la semaine du 15 août,

Considérant que cette totale insuffisance d’effectifs a eu notamment pour conséquence de restreindre le choix des femmes à la méthode de l’IVG médicamenteuse durant cette période,

Considérant qu’à chaque fois que l’infirmière est en jours de RTT, le centre est obligé de fermer,

Considérant que ce centre est le seul dans le 20ème arrondissement, dont la population est composée de presque 200 000 habitants, avec une forte population jeune, que pour un centre qui fait plus de 500 IVG par an et qui est aussi un centre de planification, il est indispensable que du personnel formé et suffisamment nombreux puisse accueillir les femmes pour que leur droit à disposer de leur corps soit respecté,

Considérant que devant ces difficultés de fonctionnement, le collectif unitaire de défense du CIVG de Tenon avait demandé un rendez-vous à la direction de l’hôpital, et que devant la non-réponse, le collectif avait décidé d’occuper pacifiquement le jeudi 3 octobre le hall du BUCA et ont été la cible d’une répression policière au sein même de l’hôpital totalement disproportionnée,

Sur proposition de Danielle Simonnet, Aline Arrouze, du groupe Communiste et des élu-e-s du Parti de Gauche, le Conseil de Paris émet le vœu que le Maire de Paris interpelle la direction de l’Hôpital Tenon et de l’AP-HP

-  pour que le personnel nécessaire au bon fonctionnement du CIVG et de son centre de planification soit recruté dans les plus brefs délais
-  pour que cesse toute répression dans l’enceinte de l’hôpital d’action pacifique visant à défendre l’intérêt général.

Publié le

14 octobre 2013

Auteur-e-s