Rechercher sur le site

Vœu relatif au mouvement " Nuit Debout "

Sur proposition d’Anne Souyris, Nicolas Bonnet, David Belliard, Jacques Boutault et des élus des groupes Europe Écologie - Les Verts et Communiste - Front de Gauche

Considérant que, depuis le 31 mars 2016, des milliers de citoyennes et de citoyens se rassemblent chaque soir sur la place de la République au sein du mouvement « Nuit Debout » pour échanger, débattre, inventer, proposer et construire en commun ;

Considérant que ce mouvement a notamment été créé en réaction au projet de loi « travail » et à la pétition qui a recueilli plus d’un million deux cents mille signatures, mais aussi en réaction à la prolongation de l’état d’urgence, et à la proposition de loi de déchéance de la nationalité ;

Considérant que ces rassemblements pacifiques, ouverts et populaires, ont pour principal objectif de faire converger les luttes et font vivre la démocratie participative en renforçant l’intervention populaire et la capacité d’agir des citoyennes et citoyens ;

Considérant que les places de Paris, dont celle de la République, ont toujours été et doivent rester des espaces publics de vie, et des lieux essentiels de manifestation et de rencontre propices aux débats publics ; comme cela a été réaffirmé lors du débat au Conseil de Paris portant sur les objectifs d’utilisation du réaménagement de ces places, appelées à redevenir ainsi des "Agoras", lieux de discussions et d’élaboration des politiques publiques ;

Considérant que les violences perpétrées à l’encontre de personnels de Police ainsi que les dégradations de commerces, commises par des éléments extérieurs à la « Nuit Debout », doivent être condamnées et empêchées ;

Considérant que les participantes et participants ont condamné ces actes de violence et ces dégradations et ont réaffirmé leur volonté de préserver la propreté de l’espace public et son utilisation pacifique par toutes et tous ;

Considérant que le mouvement « Nuit Debout » s’est doté d’une commission « accueil et sérénité » afin d’éviter tout trouble à l’ordre public, et que la Préfecture de police a même salué dans un communiqué en date du 19 avril les dispositions mises en oeuvre par le mouvement pour « faciliter la dispersion sans incident des manifestants à l’issue des mobilisations » ;

Considérant que ces rassemblements se sont étendus dans plusieurs villes de France, ainsi qu’à l’étranger, témoignant d’une volonté politique collective des participantes et participants de débattre de sujets politiques ;

Considérant que l’état d’urgence actuellement décrété en France ne saurait constituer un motif légitime pour interdire le droit de manifester ;

Considérant que le 15 avril dernier, la Fédération de la Ligue des Droits de l’Homme de Paris a apporté son soutien au mouvement « Nuit Debout » et demandé aux autorités compétentes de garantir des conditions satisfaisantes à ce sursaut démocratique ;

Considérant que les habitants du quartier de la place de la République, les commerçants ainsi que les personnes travaillant à proximité ont droit à un environnement sain et au respect de leur lieu de vie, y compris dans ces circonstances exceptionnelles ;

Considérant que les infrastructures nécessaires à l’enlèvement des déchets et à un espace public propre aux alentours de la place ne sont pas adaptées à la présence continue de milliers de personnes ;

Aussi sur proposition d’Anne Souyris, Nicolas Bonnet, David Belliard, Jacques Boutault et des élus des groupes Europe Écologie - Les Verts et Communiste - Front de Gauche, le Conseil de Paris émet le vœu :

  • Que les participantes et participants soient laissés libres d’exercer leur citoyenneté et leur envie de débattre, tous les soirs, de sujets politiques ;
  • Que les autorisations préfectorales soient délivrées pour permettre à ce mouvement « Nuit Debout » de continuer,
  • Que la Ville de Paris mette en place les équipements temporaires appropriés pour maintenir les conditions sanitaires et d’hygiène nécessaires au vivre ensemble entre manifestants et riverains ; en mettant à disposition des organisateurs, s’ils le souhaitent, des structures éphémères pour entreposer du matériel et bénéficier d’un accès électrique sécurisé,
  • Que la Ville de Paris, encourage la mise en place d’un dialogue entre les agents de la ville présents sur la place, les riverains et commerçants et les organisateurs de la Nuit Debout,
  • Que la Ville de Paris, comme elle l’a fait en instaurant "la Nuit des débats", continue de soutenir les espaces démocratiques qui s’inscrivent dans l’histoire de Paris, et dans l’écriture de son avenir".

Publié le

17 mai 2016

Auteur-e-s