Rechercher sur le site

Voeu relatif aux biffins

Voeu présenté par Danielle Simonnet et le Groupe Communiste et élus du Parti de gauche

Considérant qu’avec l’aggravation de la crise, le nombre de biffins, de revendeurs de rue d’objets issus de la récupération et d’acheteurs précaires continue de croître,

Considérant que cette problématique est une préoccupation commune à l’ensemble de la majorité municipale, qui a déjà fait l’objet de nombreux débats au Conseil de Paris,

Considérant qu’en l’absence de régulation suffisante de l’espace public, le statut quo actuel n’est satisfaisant ni pour les biffins et acheteurs, ni pour les riverains et commerçants, et mobilise des effectifs humains, logistiques et donc des dépenses publiques conséquentes pour la propreté de Paris et la Préfecture de Police sans engendrer sur le long terme d’améliorations de la situation,

Considérant que les politiques de répression à l’encontre des biffins sont aussi injustes qu’inefficaces, et ne font que déplacer les revendeurs et aggraver les problèmes de voisinages liés à la propreté et à la sécurité,

Considérant que l’économie du recyclage répond à des enjeux écologiques et sociaux,

Considérant que le Tribunal administratif de Melun, suite à une requête en référé de la Ligue des droits de l’homme (LDH), a reconnu le droit de glaner, considérant qu’à ce droit doit être enfin associé un droit à la biffe au niveau local par l’organisation dans l’espace public d’espaces régulés et concertés autorisant la revente des biens glanés ou privés,

Considérant le soutien de la majorité municipale au développement d’expériences diverses telles que les 100 places du carré des Biffins de la Porte de Montmartre gérées par l’association Aurore depuis octobre 2009 ou encore les 50 places dédiées à la vente des objets de récupération au sein du marché aux puces de la Porte de Vanves depuis janvier 2012,

Considérant que les premières expérimentations réalisées dans le cadre des vides grenier en partenariat entre associations, organisateurs de vide grenier et collectifs de biffins, se révèlent des solutions probantes qui permettent d’insérer des chiffonniers de facto présents dans un cadre concerté, mais que ces expériences restent encore bien insuffisantes,

Considérant qu’en décembre 2010 le Conseil Régional d’Ile-de-France a engagé la somme d ‘un million d’euros pour contribuer à l’organisation des marchés communaux et à l’insertion des biffins dans des structures et des vides grenier, dont 50 000 euros pour une étude de cartographie et de préconisations, qui n’a pas encore été rendue publique,

Considérant que le projet de recyclerie inscrit dans le volet « récupération, réemploi et recyclage » du Plan de prévention des déchets de la Ville de Paris, devait également contribuer en partie à l’insertion de personnes présentes sur ces marchés et à la création d’un espace de vente directe en circuit court qui contribue à désengorger les marchés existants ;

Considérant que 34 000 euros ont été octroyés pour l’étude de la faisabilité de ce projet, et que 264 000 euros de la Ville de Paris et 200 000 euros de la Région Ile-de-France ont été accordés à l’association Coup de main pour les 3 volets du projet,

Considérant que pour l’instant seule la boutique rue St Blaise a pu ouvrir, sans embauche actuelle de population précarisée vivant de la vente à la sauvette, alors qu’une recyclerie et une halle solidaire devaient ouvrir fin 2011 ;

Pour ces motifs, sur proposition de Danielle Simonnet, du groupe Communiste et élus du Parti de gauche, le Conseil de Paris émet le vœu :

-  que le Maire de Paris demande au gouvernement d’abroger les mesures sécuritaires de la LOI Loppsi2 qui pénalisent la revente d’objets de récupération sur l’espace public apparentée à la revente à la sauvette, en cohérence avec la décision politique de ne pas reconduire les arrêtés antimendicité ;

-  que le Maire de Paris demande au Président du Conseil régional que l’étude réalisée par l’association Aurore soit rendue publique, et qu’une table ronde intercommunale soit organisée avec les arrondissements concernés (14ème, 10e, 11e, 18e, 19e, 20e), et la communauté d’agglomération d’Est-Ensemble afin que d’autres expériences locales d’espaces régulés de marchés de la récup’ soient menées et que les crédits alloués permettent la concrétisation de projets innovants soutenus par le Conseil de Paris et le Conseil Régional Ile-de-France ;

-  que le Maire de Paris incite les mairies d’arrondissement et les associations organisatrices de vide grenier à la concertation avec les associations et collectifs de biffins en vue de multiplier les expériences d’ores et déjà menées, d’octroi d’un pourcentage de places aux biffins ;

-  que la Mairie de Paris incite les Maires d’arrondissement et notamment ceux des 10e, 11e, 19e, et 20e, à créer des espaces régulés de marché de la récup de petite taille, en divers endroits, en lieux et horaires concertés, afin de désengorger les marchés à la sauvette existants à Belleville, Porte de Montreuil et Porte de Bagnolet, et que dans ce cadre toutes les alternatives soient étudiées : espaces sur les marchés alimentaires, utilisation de friches, locaux à disposition, etc.

-  que le Maire de Paris demande à la Mairie du 20e et à l’association Emmaüs-Coup de main qu’un état des lieux de l’avancement du projet de recyclerie et un calendrier réactualisant les étapes de réalisation soit présenté.

Publié le

18 juillet 2012

Auteur-e-s