Rechercher sur le site

Voeu relatif aux magasins du Printemps

Vœu présenté par Ian Brossat, le groupe Communiste et élus du Parti de gauche en séance du Conseil de Paris du 26 mars 2013.

Considérant que les magasins du Printemps font à nouveau l’objet d’une tentative d’opération financière dont les personnels et le patrimoine immobilier risquent, une fois encore, de faire les frais.

Considérant que malgré 200 millions d’euros d’emprunt remboursés depuis le rachat du groupe, au prix de la suppression de 1000 emplois en CDI et du bradage de 75 % des murs, la dette restant à apurer est de 500 millions d’euros.

Considérant qu’aujourd’hui profitant de la volonté de Rreff de sortir du capital de Printemps SAS, un montage entre un fonds qatari et le financier Borletti permettrait, d’après Médiapart, à ce dernier d’empocher environ 700 M€ sous diverses formes dont de nouvelles suppressions d’emploi et de ventes de murs de magasin

Considérant que si cette opération se réalisait, elle transformerait les grands magasins du Printemps et, particulièrement, ceux du boulevard Haussmann à Paris 9ème, en une galerie commerciale de luxe avec des personnels employés par les marques elles-mêmes avec des statuts plus ou moins précaires.

Considérant qu’après trois reventes successives qui ont fait passer le nombre de salariés de 15 000 dans les années 1970 à 3000 en 2012, une grande partie des employés de la chaîne serait à nouveau menacée, alors que l’on n’a cessé d’exiger de gros efforts de leur part, au nom du maintien de leur magasin (horaires de nuit, ouverture du dimanche, modération salariale....).

Considérant qu’il serait nécessaire que les institutions représentatives du personnel du Printemps soient parfaitement tenues informées de tous les projets en cours, ainsi que de leur impact au plan social et de l’emploi.

Sur proposition de Ian Brossat, du groupe Communiste et élus du Parti de gauche, le Conseil de Paris émet le vœu que le Maire de Paris s’adresse au Ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social pour empêcher la tentative d’opération financière qui serait désastreuse au plan social.

Publié le

27 mars 2013

Auteur-e-s