Rechercher sur le site

Voeu relatif aux salariés du Lutétia

Voeu présenté en séance du Conseil de Paris du 12/11/13.

Considérant la mobilisation des salariés du Lutétia, à plusieurs reprises en grève, pour faire interdire la mise en œuvre du PSE prévu par leur direction ;

Considérant que le motif économique pour licencier directement ou indirectement 300 salariés revendiqué par la direction du Lutétia et pour justifier le PSE est inexistant, puisqu’il s’agit d’une fermeture de l’établissement pour travaux et qu’aucune suppression d’emploi n’est envisagée lors de la réouverture ;

Considérant que le groupe ALROV auquel appartient l’hôtel réalise chaque année des bénéfices colossaux et dispose largement des moyens financiers nécessaires pour le maintien dans l’emploi et la garantie des salaires de l’ensemble des salariés pendant la fermeture de l’établissement pour travaux ;

Considérant l’exemple de l’Hôtel Crillon où la direction de l’Hôtel et le syndicat CGT sont parvenus à un accord sur le maintien des emplois et de la rémunération des 360 salariés concernés par la fermeture pour travaux ;

Considérant l’importance du maintien et du développement de l’emploi dans Paris ;

Sur proposition de Ian Brossat, Danielle Simonnet , Alexis Corbière, du groupe Communiste et élus du Parti de gauche, le Conseil de Paris émet le vœu que le Maire de Paris s’adresse au Ministre du travail et de l’emploi afin qu’il mette tout en œuvre pour :

- garantir le maintien des salaires à 100% pendant les 3 années de travaux sans chantage aux aides de l’Etat, avec des possibilités de détachements comprenant une rémunération bonifiée de 30% dans d’autres établissements hôteliers de luxe et l’accès à des formations qualifiantes ;
- soutenir les projets des salariés de création ou de reprise d’entreprise ou de bénévolat associatif avec le versement des 36 mois de salaires en une fois après validation du projet, et l’établissement d’une option de retour au Lutetia à lever avant la réouverture.

Publié le

14 novembre 2013

Auteur-e-s