Rechercher sur le site

Vœu relatif aux suppressions de postes d’enseignants à la rentrée 2011

Voeu présenté par Emmanuelle Becker, Ian Brossat et les élus du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif aux suppressions de postes d’enseignants à la rentrée 2011

Considérant que, les parents, enseignants, associations de parents d’élèves et Syndicats viennent de manifester pour refuser le nouveau budget de pénurie de l’Education nationale ;

Considérant que, Paris et comme les 3 Académies de la région Ile de France sont parmi les plus affectées par une logique comptable de non remplacement d’un départ à la retraite sur deux ;

Considérant que, 77 postes en maternelles et élémentaires à Paris seraient supprimés (19 postes d’assistants de langues, une trentaine de postes de RASED, 30 postes de remplacements) 27 dans les Collèges et Lycées et 25 emplois administratifs. Alors que par exemple le nombre d’élèves en Collège et en Lycée à Paris sera en hausse, de plus de 700 en Collège, de 114 en Lycée général et de 952 en Lycée professionnel ;

Considérant que, cette situation aura pour conséquence : une augmentation du nombre d’élèves par classe en maternelle et en élémentaire alors que les effectifs dans notre pays sont déjà supérieurs à la moyenne des pays de l’Union européenne, moins d’enseignements spécialisés pour prendre en charge les enfants en très grande difficulté, encore moins de postes de remplacements alors que les cours non assurés sont déjà en forte hausse dans les Collèges et les Lycées, la réduction des options en enseignement Technologique et Professionnel, alors que beaucoup de jeunes quittent chaque année le système scolaire sans qualification ;

Considérant que, des classes surchargées devront accueillir des enfants porteurs de handicap dans un contexte de pénurie d’AVS pour les accompagner ;

Considérant que, depuis 2007, ce sont plusieurs dizaines de milliers de postes d’enseignements qui ont été supprimés dans l’Education nationale, alors que le nombre d’élèves augmente et que les cours privés de soutien sont devenus le nouvel « eldorado » économique ;

Considérant que, cette politique de suppressions de postes constitue une remise en cause d’une école publique ouverte à tous, qu’elle met en péril l’avenir des enfants, des jeunes et particulièrement ceux qui sont les plus fragiles.

Aussi, sur proposition d’Emmanuelle Becker, des élu-e-s du groupe Communiste et élu-e-s du parti de Gauche, le Conseil de Paris émet le voeu

Que le Maire de Paris intervienne auprès du Ministère de l’Education nationale et auprès de l’Académie de Paris :
- pour refuser toute politique de suppressions de postes à l’Education nationale dans la Capitale et au contraire donner au service public les moyens d’investir davantage dans l’avenir des enfants et de notre pays.

Publié le

8 février 2011

Auteur-e-s