Rechercher sur le site

Vœu relatif aux violences subies par les femmes isolées de Hassi-Messaoud en Algérie

Depuis quelques semaines, des Algériennes qui travaillent à Hassi Messaoud, en Algérie, sont victimes d’agissements criminels de la part d’individus qui se réclament de principes religieux et conservateurs pour « punir » ces femmes, coupables à leurs yeux d’habiter seules et d’exercer des activités professionnelles.

Des vols, des actes de tortures, des abus sexuels nombreux ont été rapportés par ces femmes. Les services de police refusent le plus souvent d’enregistrer leurs plaintes et se montrent parfois ouvertement hostiles à leur démarche auprès d’eux.

Déjà, en juillet 2001, à El Haïcha, quartier proche d’Hassi Messaoud, plusieurs dizaines de femmes avaient été torturées, lapidées, violées et enterrées vivantes par des extrémistes religieux. Ces femmes martyrisées n’ont toujours pas obtenu leur droit à la justice.

Considérant que la sécurité des femmes isolées et le respect de leur droit à travailler, pour leur subsistance et celles de leurs proches, ne sont à ce jour pas garantis à Hassi Messaoud ;

Considérant les inquiétudes exprimées par nombreuses associations de défense des droits des femmes, en Algérie et en France, concernant la situation de ces femmes ;

Sur proposition de Ian Brossat, des élus du Groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, le Conseil de Paris fait part à l’Ambassadeur d’Algérie en France de ses vives préoccupations concernant les violences subies par les travailleuses isolées de Hassi Messaoud, qui rendent nécessaires la mise en place de mesures de protection et de justice pour elles.

Le vœu est adopté.

Publié le

13 mai 2010