Rechercher sur le site

Vœu relatif soutien à Wafaa Charaf

Sur proposition de Raphaelle Primet, Nicolas Bonnet-Oulaldj et les élu-es du groupe communiste-Front de Gauche

Considérant la situation de Wafaa Charaf, jeune femme active dans plusieurs organisations humanitaires, ouvrières et politiques de Tanger. La jeune femme de 28 ans milite au sein de la jeunesse de la Voie Démocratique, du mouvement du 20 Février et de l’Association Marocaine des Droits Humains ;

Considérant qu’elle est membre du réseau de soutien aux migrants subsahariens candidats à la migration clandestine vers l’Europe qui arrivent et vivent à Tanger en attendant la traversée de la méditerranée dans des conditions économiques, sanitaires et humaines plus que préoccupantes ;

Considérant qu’à la suite d’une manifestation pacifique en soutien aux syndicalistes de la zone franche de Tanger, Wafaa avait été enlevée du fait de son action en soutien aux ouvrier-e-s arbitrairement licencié-e-s de la multinationale américaine Greif (numéro un mondial de l’emballage industriel) après la création d’une section syndicale ;

Considérant qu’après avoir dénoncé son enlèvement, elle sera arrêtée le 9 juillet 2014 ;
Considérant qu’elle a été condamnée en appel mardi 21 octobre 2014 à deux ans de prison ferme par un tribunal à Tanger, pour "allégation mensongère de torture" ;

Considérant que Wafaa doit s’acquitter d’une somme de 5 500 euros d’amende et que sa famille au revenu modeste, n’a pas les moyens de payer une telle somme ;

Considérant que les organisations et les personnes de son comité de soutien ont ouvert une souscription pour l’aider financièrement à s’acquitter de son amende ;
Considérant que Wafaa Charaf a entamé courageusement des études de droit en prison et reste très déterminée ;

Considérant les nombreux soutiens de Wafaa Charaf dont Marie-Christine Vergiat, députée Européenne, Laurence Cohen, sénatrice et de nombreux organisations féministes, politiques, syndicales et des personnalités intellectuelles : L’AFASPA, femmes solidaires, l’organisation femmes-égalité, l’association AILES femmes du Maroc, le MRAP, le PCF, la Fédération des Associations des Marocains de France, L’ATMF, CORELSO, APEL-Égalité, Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie, ASDHOM, l’AFAPREDESA, La voie démocratique, la LDH, l’ACAT et Amnesty internationale ;

Considérant que le procès de Wafaa est un procès politique. Il montre la complicité entre les autorités marocaines et les grands groupes industriels qui veulent faire taire la voix des défenseurs des droits des travailleurs’’, selon l’appel de la LDH ;

Sur proposition de Raphaelle Primet, Nicolas Bonnet-Oulaldj et des élu-es du groupe communiste-Front de Gauche, le Conseil de Paris apporte son soutien à Waafa Charaf et émet le vœu que :

  • la libération de Wafaa Charaf et l’arrêt des poursuites contre elle ainsi que l’instruction de sa plainte pour l’enlèvement dont elle a été la victime ;
  • la vérité sur l’identité de ses ravisseurs et la punition des coupables ;
  • dénonce les exactions graves dans les prisons marocaines et réclame l’amélioration des conditions dans les prisons marocaines ;
  • Interpelle sur la violation systématique des droits de l’homme au Maroc et invite le gouvernement français à prendre toutes les mesures nécessaires afin de protéger les libertés de ses défenseurs en forçant le Maroc, signataire notamment de la Convention internationale contre la torture, à respecter ses obligations juridiques vis-à-vis de cette convention.